TRIBUNE LIBRE

les halles racket (800x600)A VOS CRITIQUES !

 

Envoi par mail

Oh non ! Quelle Idéologie !!!
Votre papier a tout faux sur la GESTION PRIVÉE*
1 ‘Prix trop élevé’: avez vous fait le vrai compte avec les fonctionnaires municipaux à embaucher (inamovibles, absentéisme, inefficacité, clientélisme, etc)
2 ‘Quelles dérives’ ? Avec des acteurs politiques courageux et des services compétents on peut gérer scrupuleusement des contrats, même  contre des multinationales. Essayez d’obtenir la même chose avec des syndicats d’agents territoriaux ?
3 ‘Dividendes’ : Normal que le travail et le risque soient rémunérés ! Et puis on peut changer si on veut; la gestion municipale c’est à vie !
4 ´Le lobbying…’ : L’intérêt public c’est d’abord le meilleur service (coût et qualité). Et ne continuons à transformer notre pays en « démocratie populaire », on sait que ça mène à la ruine (cf. RDA).
Mr  XXX

RÉPONSE

Bonjour monsieur X,

je vous remercie d’avoir réagi à l’information que le Collectif des usagers de l’eau de Grand-Avignon diffuse sur les marchés.

Nous souhaitons attirer l’attention des habitants sur le choix du nouveau mode de gestion de l’eau et de l’assainissement que votera le Conseil communautaire de Grand-Avignon courant juillet 2017 pour être opérationnel le 1er janvier 2019.

Quelle que soit la position que nous défendons, vous aurez noté que nous sommes les seuls à parler de cet évènement: il s’agit pourtant d’une décision qui va engager notre collectivité territoriale pour une durée pouvant aller jusqu’à 99 ans et qui peut s’accompagner d’une perte de contrôle par l’autorité concédente. Pour répondre à vos remarques et ce, sans désir de polémique:

– 1) l’embauche de fonctionnaires municipaux: cette affirmation est fausse car la gestion publique de l’eau est faite par un EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) qui a pour vocation de gérer l’eau et l’assainissement de la commune d’Avignon dans un premier temps, puis à terme, de toutes les communes de Grand-Avignon. Les salariés de cet organisme ont un statut de droit privé et viennent pour la plupart de l’ancien délégataire.

– 2) vous dîtes une chose et son contraire pour la gestion scrupuleuse par « des services compétents » (qui seront forcément des fonctionnaires territoriaux de G-A), et ensuite que l’on ne peut pas « obtenir la même chose avec des syndicats d’agents territoriaux »… qui n’en seront pas puisque, comme précisé au § précédent les salariés d’un EPIC ne sont pas des fonctionnaires.

Cependant votre remarque montre qu’il n’existe pas de service compétent pour « gérer scrupuleusement » les contrats de l’eau au Grand-Avignon!

Les dérives de gestion déléguée (depuis 1986) dont nous parlons, font par exemple référence à l’absence de contrôle du montant des taxes collectées par les délégataires comparé au montant reversé à Grand-Avignon. Il n’y a pas non plus de contrôle des devis de travaux réalisés par les délégataires: en ce moment notre association aide un habitant de Morières qui a reçu en 15 mois 7 devis de branchement pour sa maison, allant de 2700€ à 5500€ et dans lesquels la Saur lui facture à plusieurs reprises deux fois les mêmes prestations. Nous pouvons vous exposer beaucoup d’autres exemples.

– 3) sur les dividendes, les délégataires ne font pas leur travail correctement lorsque nos réseaux ont un taux de fuite de 38% qu’ils préfèrent

nommer triomphalement « taux de rendement de 62% » c’est plus chic, plus high tech! Les réseaux hollandais et allemands ont un taux de fuite de 10% en moyenne (ou 90% de rendement si vous préférez), taux dont nous sommes très éloignés dans toutes les communes de Grand-Avignon.

Autre exemple, Véolia, pour clore le contrat de la ville d’Avignon demande que la collectivité, c’est à dire vous et moi, rachète les compteurs …qui appartiennent à la collectivité! Le montant exigé serait de l’ordre de 1 à 1,5 Millions d’€: à part le Collectif des usagers de l’eau personne ne relève cette aberration.

Vous parlez de gestion municipale à vie pourtant personne ne parle « d’école publique à vie » ou « d’hôpital public à vie » ou de « défense nationale à vie ». La réalité c’est que les agglos ont compétence et le devoir de distribuer l’eau. La collectivité est donc maîtresse en la matière, à moins que l’on décrète des « collectivités publiques privatisées »…

Plus sérieusement, il s’agira d’un Établissement public de l’eau pour la Communauté d’agglomération de Grand-Avignon qui aura la responsabilité de gérer l’eau et l’assainissement pour cet ensemble: Grand-Avignon pourra l’arrêter quand il le décidera.

Enfin, notre Collectif d’associations a fait condamner à plusieurs reprises Véolia pour non respect de la loi, et notamment

pour enrichissement sans cause. Dans ce cas, les dividendes qui pour vous récompensent une prise de risque, récompensent les actionnaires d’une entreprise aux pratiques délictueuses. Pratiques condamnées par les tribunaux lorsque notre association a poursuivi l’entreprise… jusqu’en cassation! 

Dois-je préciser que Grand-Avignon n’a pas eu de réaction après plusieurs de ces condamnations? Les usagers, eux, nous remercient chaleureusement.

– 4) le meilleur service c’est beaucoup plus que coût et qualité, documentez vous. Il y a par exemple l’entretien du patrimoine avec des ouvrages d’art comme peuvent l’être certains réseaux d’égout. Aujourd’hui l’ensemble des égouts de France a besoin de gros entretien.

Sur la comparaison avec les « démocraties populaires » je suppose que vous faîtes de l’humour: Mrs Baroin, pour la communauté de Troyes, Estrosi pour la communauté de Nice ont mis en place une gestion publique de l’eau et de l’assainissement et personne en France n’a pensé à les comparer à la RDA!

Et puisque vous évoquez l’Allemagne savez vous qu’un référendum d‘initiative populaire a voté la rupture du contrat de Véolia à Berlin tellement les habitants étaient excédés par un service déplorable et des prix élevés.

Je pourrais écrire pendant des heures pour raconter tout ce que l’on peut dire sur les contrats de délégation de l’eau et de l’assainissement.

Pour nous, membres du Collectif des usagers de l’eau de Grand-Avignon, et pour la plupart des humains, l’eau n’est pas une marchandise!

Je suis à votre disposition pour continuer d’échanger de vive voix autour de ce sujet si vous le souhaitez.

Cordialement,

Joël Raffy, Usagers de l’eau Grand-Avignon gardois